Mutuelle dentaire : quelle serait la meilleure solution ?

Les problèmes dentaires font partie des affections courantes que l’on peut avoir. Ce qui est pourtant étonnant, c’est que les soins des dents sont des luxes de nos jours. Que l’on souhaite se faire remplacer une ou plusieurs dents, mettre en place des prothèses ou bien utiliser des facettes, les prix sont exorbitants. Le comble, c’est que la plupart des mutuelles ne prennent pas en charge les soins dentaires dans le même genre, que les traitements basiques et pas cher. La sécurité rembourse en effet avec des taux très faibles de nombreuses opérations. Résultat des courses, bon nombre d’entre nous zappent complètement les soins dentaires tant qu’un problème grave ne se manifeste pas !

Aussi pour espérer des bons soins pour les dents et aussi ne pas se ruiner en les effectuant, il serait intéressant de se pencher sur les questions de mutuelles. Trouver une mutuelle qui propose des solutions de remboursements intéressants pour les soins dentaires est la meilleure chose à faire. Mais encore, il faudra trouver la bonne. Que faut-il savoir pour y arriver ?

L’essentiel sur la sécu et la complémentaire santé d’entreprise

Les remboursements faits par la sécu

C’est de notoriété publique, la sécu rembourse mal les soins dentaires, que ce soit pour une simple consultation ou pour des opérations plus importantes. Il y a même des soins qui ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale. Or les soins dentaires, nous en avons besoin tout au long de notre vie. Pour une bonne santé dentaire, il faut quand même au moins deux consultations par an !

En terme de chiffre, vous devez ainsi savoir que la sécurité sociale ne rembourse les soins dentaires qu’à hauteur de 70% sur la base de remboursement. Si certains soins, comme les traitements des carries sont bien remboursés, ce n’est plus le cas quand il s’agit d’opération plus importante comme la mise en place d’un implant dentaire. Dans le cas précis, la sécu ne prend en charge que la couronne qui va ensuite être placée sur l’implant, mais c’est le moins cher de toute l’opération cependant ! Si vous souhaitez disposer d’une bonne couverture pour vos soins dentaire, souscrire à une mutuelle complémentaire intéressante serait une bonne idée.

Complémentaire santé dans toutes les entreprises

Le la mutuelle complémentaire santé n’était pas obligatoire avant, c’est le cas depuis l’année 2016. Les salariés peuvent ainsi disposer d’une meilleure couverture santé, incluant les soins dentaires dans les remboursements. La loi stipule ainsi que l’employeur doit souscrire à un contrait auprès d’un assureur de son choix pour le compte de ses salariés. Si jamais il n’y a pas d’accord possible entre l’employeur, les partenaires sociaux ainsi que les représentants du personnel de l’entreprise, ce dernier est tenu de mettre en place une couverture santé obligatoire, par décision unilatérale.

Le contrat qui devra être fait comportera certaines conditions dont la participation de l’employeur à hauteur de 50% dans la cotisation, il doit aussi garantir un panier de soin minimum pour ses salariés. Tous le salariés doivent y souscrire, sauf dans certains cas qui sont assez particuliers. Enfin, la couverture santé est destinée à l’ensemble des employés ainsi que leurs ayants droit.

Panier minimum

On entend souvent parler de panier minimum quand il est question de mutuelle. Il s’agit en réalité d’un ensemble de soins qui sont remboursés par la mutuelle peu importe le cas. Il concerne ainsi l’intégralité du ticket modérateur sur les consultations, les actes et prestations remboursables par l’assurance maladie, le forfait journalier hospitalier s’il y a séjour à l’hôpital. La couverture minimum comprend aussi les frais dentaires à hauteur de 12% du tarif conventionnel sans oublier les frais d’optiques forfaitaire s’étalant sur une période de 2 ans pour 100€ minimum pour une correction simple.

Le droit de refuser une complémentaire santé d’entreprise ?

La mutuelle d’entreprise est tout simplement obligatoire pour les salariés d’une société. Celle-ci prend effet au moment de la signature du contrat de travail. Mais attention, le salarié peut résilier  sa complémentaire santé à tout moment. Il existe quand mêmes des cas particuliers où la complémentaire santé n’est pas obligatoire.

C’est par exemple le cas si le salarié possède déjà une mutuelle individuelle, il peut être couvert en cas de pépin donc c’est déjà assez. Si le salarié est couvert par une autre complémentarité santé obligatoire, ce n’est pas la peine de souscrire une seconde fois même si c’est normalement obligatoire. Attention, le salarié doit cependant être en mesure de prouver l’existence de ses couvertures.

Un salarié peut également refuser une complémentarité santé entreprise si cette dernière a été mise en place de manière unilatérale et qu’il était présent lors de la prise de décision. Il peut aussi refuser si le salarié dispose de l’ACS ou s’il est embauché après la mise en place de la mutuelle collective. Le salarié peut refuser la mutuelle santé s’il a un CDD, s’il travail pour différentes sociétés et qu’il est déjà couvert ou si le salarié a un temps partiel.

Des avantages et des inconvénients

Lorsqu’on est salarié, souscrire à une complémentaire santé peut apporter des avantages comme des inconvénients. Au niveau du coût de l’adhésion, le salarié paie généralement moins cher puisque la société prend en charge tout ou partie des cotisations mensuelles. La partie payée par l’employeur est cependant imposable de nos jours, les impôts augmentent ainsi de 100 à 150€, ce n’est pas très intéressant. Autre inconvénient, certains soins dentaires ne sont pas couverts, dont les implants dentaires par exemple. C’est pour cela que le salarié est obligé de trouver une autre mutuelle pour le couvrir complètement. En tant que salarié, il serait donc intéressant de bien comparer toutes les offres disponibles avant de réellement se lancer dans la signature d’un contrat avec une mutuelle.

Mutuelle et soins dentaires

Se faire soigner coûte cher, nous le savons tous très bien. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il est question de soins dentaires. D’une manière générale, le remboursement pour les soins dentaires commence par celui de la sécurité sociale puis c’est la mutuelle. Les choses ne se passent pas toujours comme ça cependant. C’est toujours un peu compliqué, comme c’est le cas pour le choix d’une mutuelle.

En effet, les offres sont assez nombreuses dans le secteur, elles semblent toutes aussi alléchantes les une que les autres ce qui ne facilite pas du tout la prise de décision. Il faut cependant bien les étudier avant d’accepter de signer quoi que ce soit. Faites spécialement attention à la liste des soins remboursés, au taux de remboursement mais aussi aux mensualités. Ne vous laissez pas avoir par les belles promesses des assureurs, ce n’est généralement que du baratin ou bien pas tout à fait mais le discours peut vous induire en erreur. Lisez attentivement le contrat qui vous est fourni et si besoin, demandez les conseils d’un expert dans le domaine si jamais vous trouvez quelque chose de suspect.

Le remboursement des complémentarités santé peut se faire de deux manières. Tout d’abord, il y a le remboursement forfaitaire. La mutuelle indique à l’avance le montant mensuel qu’elle vous remboursera pour vos frais dentaires. Si jamais vous dépassez le montant indiqué, vous devrez payer un supplément. Il y a aussi certaines offres qui proposent de cumuler les remboursements pour l’année prochaine s’il n’y a pas eu de soins durant l’année en cours.

Le remboursement en pourcentage est la seconde solution. Ils sont généralement fixés sur la base de l’assurance maladie. Cela peut commencer à 100% et peut atteindre 800% dans le cas de certaines mutuelle. Le prix d’une assurance est très variable, cela dépend surtout de l’assureur et de l’offre que vous décidez de prendre même si les garanties sont les mêmes. La différence se trouve généralement au niveau du montant de la mensualité. Ce dernier se détermine en prenant en compte différents facteurs dont l’âge, l’état de santé générale, la situation sociale, de la région de résidence. Pour les plus jeunes, l’assurance coûte entre 400€ et 600€ par an, en revanche pour les plus de 60 ans, la mensualité peut atteindre 90€ parfois plus.

N’oubliez pas de prendre en compte le délai d’attente de la prise en charge lors du choix de votre mutuelle. Cela fait beaucoup de chose à considérer, mais c’est tout à fait nécessaire si vous souhaitez pouvoir disposer d’une bonne mutuelle. Pour vous y retrouver plus facilement, faites par exemple usage des comparateurs de mutuelles sur internet. Ils sont assez rapides et gratuits !

Les remboursements cas par cas

A – L’orthodontie adulte

Si l’orthodontie est prise en charge par l’assurance maladie pour les moins de 16 ans, ce n’est pas le cas pour les adultes, que ce soit au niveau de la sécu ou au niveau de la complémentaire obligatoire. C’est pour cela qu’il est toujours intéressant d’envisager une assurance complémentaire, surtout si vous êtes de ces personnes qui ont besoin de soins dentaires de manière assez fréquente. Le remboursement se fait bien souvent sous forme de forfait quand il s’agit de ce type de mutuelle. Prenez le temps de bien vous renseigner à chaque fois et de comparer les offres à disposition.

B- Implant dentaire

Les implants dentaires ne font pas parties des soins remboursés par la sécurité sociale. Cette dernière ne prend en charge que le remboursement de la couronne qui sera ensuite déposé sur l’implant ce qui fait généralement une maigre compensation de 75€ sur un total de 1200 à 2000€, le prix des implants. Il existe cependant certaines mutuelles qui prennent en charge le remboursement de ce genre de frais. Elles sont rares mais existent quand même. Il faut toujours être prudent dans le choix d’une mutuelle. Faites attention au mode de remboursement de la mutuelle. Pour les couvertures haut de gamme, les implants sont généralement compris et le remboursement se fait par forfait ou bien sous forme de tarifs reconstitués.

Les facettes dentaires

Les facettes dentaires ne sont pas remboursées par la sécurité sociale puisque ce genre de soins est considéré comme esthétique. Au même titre que le blanchiment de dents, la sécurité sociale ne rembourse donc pas les frais que ce genre de soins occasionne. De plus en plus de mutuelles proposent cependant aujourd’hui le remboursement des facettes dentaires puisque c’est un soin qui devient de plus en plus courant. Prenez toujours le temps de bien vous renseigner

Les soins à l’étranger sont-ils remboursés par les mutuelles ?

Partir à l’étranger pour des soins dentaires est aujourd’hui de plus en plus courant. De nombreux français décident en effet de se lancer dans le tourisme de santé pour se faire soigner les dents plus précisément. Les pays comme la Hongrie proposent en effet des prix très abordables pour ce genre de soins, notamment pour des implants ou des facettes.

Si vous choisissez un pays de l’Union Européenne, vous serez remboursé comme il se doit, comme si vous étiez dans votre pays, en suivant les mêmes règles. En revanche, si c’est dans un autre continent que vous vous rendez, le remboursement pour des soins à l’étranger, la sécu ne les prend pas toujours en charge. Attention, seuls les soins remboursés en France seront remboursés à l’étranger. Pour ce qui est de la mutuelle, vous devrez vous renseigner mais normalement, les soins à l’ étranger sont aussi remboursés.

Quelle mutuelle dentaire choisir dans ce cas ?

Le choix d’une mutuelle santé ne se fait pas sur un coup de tête. Prendre le temps d’étudier les offres, de poser les bonnes questions est essentiel pour trouver la meilleure solution à adopter en fonction de votre cas personnel. Faites bien attention à toutes les garanties et les remboursements qui sont indiqués dans votre contrat d’assurance avant de signer.

En ce qui concerne le remboursement des soins dentaires, c’est toujours assez complexe, le nombre de mutuelles et d’offres proposées ne facilite pas les choses. Afin de trouver rapidement la solution à votre dilemme, il serait intéressant de demander plusieurs devis auprès de plusieurs mutuelles afin d’avoir le choix. Vous pourrez étudier calmement chaque cas avant de vous lancer. Les comparateurs permettent aujourd’hui d’avoir accès à de nombreuses offres intéressantes, il suffit de prendre quelques minutes pour renseigner les informations nécessaires sur votre cas. C’est rapide, gratuit et évidemment sans engagement.